Les exportateurs européens affectés en 2017 par les tensions sur la capacité et les tarifs
Les exportateurs européens affectés en 2017 par les tensions sur la capacité et les tarifs

Les exportateurs européens affectés en 2017 par les tensions sur la capacité et les tarifs

7 juillet 2017

Le retour d'une forte activité économique et exportatrice au 1er trimestre a entraîné des tensions sur la capacité et des hausses de tarif qui se sont apaisées depuis, mais qui pourraient reprendre au second semestre 2017.

La reprise de l'activité économique mondiale et celle des exportations a généré une augmentation des volumes de fret au cours des cinq premiers mois de 2017. Il en a découlé une diminution de la capacité disponible et une hausse des tarifs, tant dans le secteur aérien que maritime. Outre ces évolutions rendant le transport de marchandises plus coûteux et complexe pour les exportateurs, les analystes estiment que le risque lié à des facteurs secondaires rend le reste de l'année tout aussi délicat.

« La tension considérable suscitée par la hausse de la demande, la capacité limitée, les pénuries d'équipement et le remaniement des alliances Est-Ouest au premier trimestre s'est quelque peu apaisée le dernier mois du deuxième trimestre. Il est toutefois probable que les troisième et quatrième trimestre seront également plus tendus », explique Anne-Sophie Fribourg, directeur des achats maritime de Bolloré Logistics à Paris. « C'est un marché de vendeurs, et les transporteurs en profitent au maximum. »

Comme par le passé, le transport maritime a subi une grande partie de cette tension au 1er trimestre.

Ces dernières années, une extension de capacité considérable et coûteuse touchant l'ensemble du secteur a coïncidé avec une stagnation de l'économie et des exportations. En conséquence, les transporteurs ont tenté de compenser le déséquilibre de l'offre et de la demande en mettant des navires à la casse ou en cale sèche, réduisant ainsi artificiellement la capacité pour gonfler les tarifs.

Le dernier trimestre 2016 et le premier trimestre de cette année ont toutefois été marqués par la reprise de l'expansion économique, tirée par la croissance en Asie et aux États-Unis, ainsi que par le renforcement des exportations, en particulier sur les itinéraires Ouest-Est. Le cabinet Drewry déclare que le volume global au 1er trimestre a augmenté de 17 %, soit 7 % de plus qu'à la même période de 2016, dépassant de loin la croissance trimestrielle moyenne de 2,3 % depuis 2010.

Pourtant, malgré ce rebond, les transporteurs maritimes n'ont pas réagi par une réintroduction notable de la capacité en veille. Au contraire, il apparaît que la plupart entendent continuer à la limiter afin d'accroître encore leurs marges tarifaires. Selon Drewry, les tarifs de référence sur certaines routes se sont envolés jusqu'à 48 % dans un contexte de prix généralement en hausse.

« Les tarifs pour le trafic Asie-Europe en juin de l'année dernière se situaient autour de 700 $. Aujourd'hui, ils avoisinent les 1200 $, et les transporteurs visent 1800 $ pour la période du pic d'activité », déclare Anne-Sophie Fribourg, qui relève que seulement cinq compagnies maritimes ont publié des bénéfices d'exploitation pour le 1er trimestre dans un secteur qui a perdu au total 3,5 Md$ en 2016.

Cependant, leurs efforts en vue de profiter de leur avantage pour maximiser le chiffre d'affaires ont entraîné une hausse des coûts, une pénurie de capacité et, souvent la renégociation de contrats avec les clients pénalisés par les problèmes d'exportation.

« La pénurie d'espace et l'ampleur des hausses tarifaires se sont traduites par une perte de visibilité et plus de volatilité sur tous les axes », poursuit Anne-Sophie Fribourg. « Les transporteurs ne s'engageant guère, voire pas du tout, et les équipements disponibles étant souvent tout aussi limités que la capacité, les exportateurs sont confrontés à une réelle instabilité. »

La poursuite de la vague des fusions et alliances provoquée par la crise financière du secteur complique également l'équation. De part ces consolidations, les acteurs vers lesquels les exportateurs peuvent se tourner pour négocier des tarifs compétitifs sont moins nombreux. Une tendance qui devrait se poursuivre jusqu'à ce que le problème fondamental de la surcapacité soit entièrement résolu par une croissance durable de la demande.

« Malgré l'augmentation actuelle du volume, les préoccupations financières du secteur entraineront d'autres regroupements ; en particulier, de nouvelles augmentations de capacité devraient redépasser la demande en 2018 », fait observer Mle Fribourg.

De même, bien que moins grave, une évolution similaire a affecté le secteur aérien, qui a absorbé l'excédent de la demande dans le secteur maritime dans un contexte d'augmentation générale de l'activité cargo.

Selon l'International Air Transport Association (IATA), le volume du fret au 1er trimestre a progressé de 8,5 % par rapport à la même période de 2016. L'activité s'est ensuite dégradée en mars avant de rebondir en avril pour retrouver une croissance modérée. Dans son analyse du fret aérien au 1er trimestre, Drewry a fait état de hausses des tarifs de 8 % dans ce secteur.

« L'augmentation des volumes et du fret maritime a tiré les tarifs vers le haut au 1er trimestre, mais l'activité et les prix se sont stabilisés depuis », explique Claude Picciotto, directeur des achats pour le fret aérien de Bolloré Logistics. « Nous nous attendons à une nouvelle progression de ces deux facteurs avec un pic d'activité et des volumes importants aux 3ème et 4ème trimestre. »

Selon M. Picciotto, les observateurs assistent également à la mise à l'écart du Qatar par ses voisins, contraignant les vols au départ et à destination de l'émirat à faire de longs détours. « Il n'y a pas eu d'impact général à ce jour, mais en même temps que la fluctuation des volumes, de la capacité et des tarifs, nous suivons le Qatar de près, car c'est un acteur majeur sur le marché du fret », a-t-il ajouté.

Claude Picciotto indique que les pics d'activité au 1er trimestre ont allongé les temps d'attente de capacité, retombés depuis à 48-72 heures, de une à deux semaines. Cela a amélioré la stabilité et la visibilité du fret aérien, bien qu'un second semestre 2017 robuste pourrait bien changer la donne une fois de plus.

« Comme toujours, les exportateurs qui ne font que tenter de suivre l'évolution peuvent s'attendre à moins de capacité et à des tarifs plus élevés ; en revanche, ceux qui ont prévu des stratégies et des investissements à long terme, ainsi que des partenaires de transport et logistique, s'en tireront bien », dit-il, relevant le rôle joué par ces spécialistes en mesure de déjouer l'instabilité de ce secteur. « Lorsque les choses se compliquent, ce sont la valeur ajoutée et les solutions proposées qui permettent de se singulariser et font toute la différence. » 

Chiffres clefs
  • 20%

    Le Boeing 787 et l'Airbus A350 sont plus économes en carburant

  • 70%

    de la population mondiale urbanisée en 2050

  • 27

    mégapoles contre 19 attendues d'ici à 2050, avec au moins 10 millions de personn...

  • +18,4%

    croissance pour le E-commerce en Europe en 2015

  • 82%

    des marchandises sont transportées par route

  • 1 milliard

    Population en Afrique

  • 60%

    de la population de l'Afrique sera urbanisée d'ici 2050

  • 7,5%

    de croissance du PIB indien en 2014

  • 4,9%

    de croissance du PIB Africain en 2016

  • 6,1%

    la plus forte croissance au monde du PIB en Asie de l'Est

  • 19 224 teus

    transportés par le MSC Oscar, le plus grand porte-conteneurs dans le monde

  • 396 m

    est la taille du navire MSC Oscar

  • 120 h

    est le record de vol non-stop fait par Solar Impulse

  • 4,5%

    de croissance en 2015 pour la demande mondiale de fret aérien

  • 20%

    Le Boeing 787 et l'Airbus A350 sont plus économes en carburant

  • 70%

    de la population mondiale urbanisée en 2050

  • 27

    mégapoles contre 19 attendues d'ici à 2050, avec au moins 10 millions de personn...

  • +18,4%

    croissance pour le E-commerce en Europe en 2015

  • 82%

    des marchandises sont transportées par route

  • 1 milliard

    Population en Afrique

  • 60%

    de la population de l'Afrique sera urbanisée d'ici 2050

  • 7,5%

    de croissance du PIB indien en 2014

  • 4,9%

    de croissance du PIB Africain en 2016

  • 6,1%

    la plus forte croissance au monde du PIB en Asie de l'Est

  • 19 224 teus

    transportés par le MSC Oscar, le plus grand porte-conteneurs dans le monde

  • 396 m

    est la taille du navire MSC Oscar

  • 120 h

    est le record de vol non-stop fait par Solar Impulse

  • 4,5%

    de croissance en 2015 pour la demande mondiale de fret aérien

  • 20%

    Le Boeing 787 et l'Airbus A350 sont plus économes en carburant

  • 70%

    de la population mondiale urbanisée en 2050

  • 27

    mégapoles contre 19 attendues d'ici à 2050, avec au moins 10 millions de personn...

  • +18,4%

    croissance pour le E-commerce en Europe en 2015

  • 82%

    des marchandises sont transportées par route

  • 1 milliard

    Population en Afrique

  • 60%

    de la population de l'Afrique sera urbanisée d'ici 2050

  • 7,5%

    de croissance du PIB indien en 2014

  • 4,9%

    de croissance du PIB Africain en 2016

  • 6,1%

    la plus forte croissance au monde du PIB en Asie de l'Est

  • 19 224 teus

    transportés par le MSC Oscar, le plus grand porte-conteneurs dans le monde

  • 396 m

    est la taille du navire MSC Oscar

  • 120 h

    est le record de vol non-stop fait par Solar Impulse

  • 4,5%

    de croissance en 2015 pour la demande mondiale de fret aérien

  • 20%

    Le Boeing 787 et l'Airbus A350 sont plus économes en carburant

  • 70%

    de la population mondiale urbanisée en 2050

  • 27

    mégapoles contre 19 attendues d'ici à 2050, avec au moins 10 millions de personn...

  • +18,4%

    croissance pour le E-commerce en Europe en 2015

  • 82%

    des marchandises sont transportées par route

  • 1 milliard

    Population en Afrique

  • 60%

    de la population de l'Afrique sera urbanisée d'ici 2050

  • 7,5%

    de croissance du PIB indien en 2014

  • 4,9%

    de croissance du PIB Africain en 2016

  • 6,1%

    la plus forte croissance au monde du PIB en Asie de l'Est

  • 19 224 teus

    transportés par le MSC Oscar, le plus grand porte-conteneurs dans le monde

  • 396 m

    est la taille du navire MSC Oscar

  • 120 h

    est le record de vol non-stop fait par Solar Impulse

  • 4,5%

    de croissance en 2015 pour la demande mondiale de fret aérien