Incertitudes mondiales - Ralentissement de la croissance du fret au deuxième trimestre

August 7th, 2019

Une avalanche de questions au niveau international suscite le doute chez les exportateurs, ralentissant la production et freinant près d’une décennie de croissance des volumes de transport.

Si ce n’était pas tout à fait clair auparavant, le premier semestre 2019 a montré de manière évidente que les entreprises n’aiment pas l’incertitude. Pour preuve, les questions persistantes sur des problèmes internationaux importants ont tellement renforcé le doute et obscurci la visibilité que le commerce a diminué et que cela a pesé sur le fret aérien et maritime. Bien que l’activité du deuxième trimestre ait connu une légère croissance, elle reste marquée par un ralentissement continu après une décennie de croissance soutenue. Ce ralentissement risque de se poursuivre en 2020.

Après des volumes plutôt moroses en avril, le fret aérien a légèrement repris en mai et juin, ramenant les niveaux de croissance du second trimestre à environ 2 %. Le fret maritime a quant à lui augmenté d’environ 3 %, mais pour les deux secteurs, les hausses restent considérablement plus faibles que les niveaux de 5 % à 8 % enregistrés ces dernières années.

En comparant, par exemple, les résultats des mois de 2019 aux résultats des mêmes mois en 2018, on constate une diminution de l’activité de fret aérien de 3,4 % en mai et de 5,6 % en avril. Depuis la fin de l’année dernière, un recul similaire du fret maritime s’est accentué, entraînant une baisse des prévisions antérieures pour 2019. Les prévisions de croissance pour l’ensemble de l’année de 3,7 % pour le fret aérien ont été réduites à une croissance optimiste de 2 % et les estimations pour le fret maritime sont passées de 4 % à 2,5 %.

Ces courbes à la baisse reflètent (et découlent même) les révisions similaires de la plupart des organisations économiques internationales concernant les perspectives économiques mondiales pour 2019. Le Fonds monétaire international a ramené son taux initial de croissance de 3,5 % à 3,3 %, soit la plus faible hausse depuis 2009. Il a également réduit les prévisions de croissance du commerce mondial de 4 % à 3,4 %. En comparaison, le commerce mondial a connu une croissance de 3,8 % l’an dernier. Cette prudence a reflété les résultats d’enquêtes menées auprès de chefs d’entreprises internationales, qui indiquent une baisse des investissements et de la production industrielle. Ces résultats s’intègrent à un contexte d’inquiétude quant à la stabilité commerciale à moyen terme.

Les plus grandes inquiétudes sont les tensions entre les États-Unis et la Chine, qui risquent de s’étendre à l’Europe et l’imprévisibilité des mesures que Washington pourrait prendre à l’avenir. La croissance de la Chine au deuxième trimestre a quant à elle été la plus faible de ces trois dernières décennies. Le risque de conflit dans le golfe Persique et la perturbation du transport pétrolier alimentent ces inquiétudes. Les conditions non résolues de la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, ainsi que les craintes persistantes d’une récession économique aux États-Unis redoutée depuis longtemps apportent de l’eau au moulin.

« Il existe de nombreuses incertitudes et cela a de sérieuses répercussions sur l’exportation, en particulier sur les entrées et les sorties de marchandises en Asie », explique Anne-Sophie Fribourg, Directrice des achats de fret maritime pour Bolloré Logistics à Paris. « De nombreux exportateurs inquiets de l’impact des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine ont avancé leurs expéditions afin d’éviter des retards de livraison. Par conséquent, les stocks sont peut-être désormais suffisamment pleins pour que les exportateurs puissent attendre l’éclaircissement de la situation avant d’augmenter les volumes. »

Concernant le transport maritime, Mme Fribourg constate qu’il existe d’autres inconnues relatives à l’augmentation imminente des tarifs liée aux nouvelles réglementations environnementales qui visent à réduire les émissions de dioxyde de soufre l’année prochaine. « À l’heure actuelle, personne ne sait combien des 60 milliards de dollars que les sociétés de transport investissant dans des technologies plus propres devront débourser pour leurs clients » explique-t-elle. « Ce manque de transparence renforce la tendance des exportateurs à attendre que les détails soient connus avant de prendre des décisions pour l’avenir. »

Pour compenser des volumes en déclin, les transporteurs maritimes ont commencé à réduire leur capacité en annulant des traversées afin de maintenir les tarifs. Les transporteurs de fret aériens poursuivent également ce but en diminuant l’espace de fret disponible. Selon Claude Picciotto, Directeur des achats de fret aérien pour Bolloré Logistics à Paris, ces mesures pour soutenir le niveau des tarifs ne remplacent pas la forte croissance des volumes sur lesquels le secteur s’est appuyé pendant une bonne partie de la dernière décennie.

« Nous sommes maintenant aux derniers niveaux observés lors de l’accalmie de 2015 et soutenir les tarifs ne suffira pas aux compagnies aériennes et aux sociétés de fret qui ont besoin de volumes importants pour payer les factures » constate M. Picciotto. « Il est difficile de prévoir d’où viendra la reprise de l’activité, car à l’exception de l’exportation des produits de luxe, presque toutes les exportations ont diminué. »

Ce ralentissement n’est peut-être pas terminé de sitôt. Les rebonds au cours des années plus lentes se sont souvent accompagnés de pics pendant la haute saison, au milieu ou à la fin de l’été. Cette hausse n’est pas encore arrivée cette année.

« Nous constatons une très faible activité pendant la haute saison, ce qui n’est pas très encourageant pour les mois à venir » indique Mme Fribourg. « Sans ce genre de rebond, on craint que cette période de lenteur se prolonge l’année prochaine. »

« Si rien ne se passe pendant la haute saison, notre dernier espoir est la reprise de l’activité à Noël » convient M. Picciotto. « Toutefois, même si cela se produisait, cela ne résoudrait pas les problèmes sous-jacents qui engendrent hésitations et doutes dans l’esprit des exportateurs. »

Chiffres clefs
  • 20%

    Le Boeing 787 et l'Airbus A350 sont plus économes en carburant

  • 70%

    de la population mondiale urbanisée en 2050

  • 27

    mégapoles contre 19 attendues d'ici à 2050, avec au moins 10 millions de personn...

  • +18,4%

    croissance pour le E-commerce en Europe en 2015

  • 82%

    des marchandises sont transportées par route

  • 1 milliard

    Population en Afrique

  • 60%

    de la population de l'Afrique sera urbanisée d'ici 2050

  • 7,5%

    de croissance du PIB indien en 2014

  • 4,9%

    de croissance du PIB Africain en 2016

  • 6,1%

    la plus forte croissance au monde du PIB en Asie de l'Est

  • 19 224 teus

    transportés par le MSC Oscar, le plus grand porte-conteneurs dans le monde

  • 396 m

    est la taille du navire MSC Oscar

  • 120 h

    est le record de vol non-stop fait par Solar Impulse

  • 4,5%

    de croissance en 2015 pour la demande mondiale de fret aérien

  • 20%

    Le Boeing 787 et l'Airbus A350 sont plus économes en carburant

  • 70%

    de la population mondiale urbanisée en 2050

  • 27

    mégapoles contre 19 attendues d'ici à 2050, avec au moins 10 millions de personn...

  • +18,4%

    croissance pour le E-commerce en Europe en 2015

  • 82%

    des marchandises sont transportées par route

  • 1 milliard

    Population en Afrique

  • 60%

    de la population de l'Afrique sera urbanisée d'ici 2050

  • 7,5%

    de croissance du PIB indien en 2014

  • 4,9%

    de croissance du PIB Africain en 2016

  • 6,1%

    la plus forte croissance au monde du PIB en Asie de l'Est

  • 19 224 teus

    transportés par le MSC Oscar, le plus grand porte-conteneurs dans le monde

  • 396 m

    est la taille du navire MSC Oscar

  • 120 h

    est le record de vol non-stop fait par Solar Impulse

  • 4,5%

    de croissance en 2015 pour la demande mondiale de fret aérien

  • 20%

    Le Boeing 787 et l'Airbus A350 sont plus économes en carburant

  • 70%

    de la population mondiale urbanisée en 2050

  • 27

    mégapoles contre 19 attendues d'ici à 2050, avec au moins 10 millions de personn...

  • +18,4%

    croissance pour le E-commerce en Europe en 2015

  • 82%

    des marchandises sont transportées par route

  • 1 milliard

    Population en Afrique

  • 60%

    de la population de l'Afrique sera urbanisée d'ici 2050

  • 7,5%

    de croissance du PIB indien en 2014

  • 4,9%

    de croissance du PIB Africain en 2016

  • 6,1%

    la plus forte croissance au monde du PIB en Asie de l'Est

  • 19 224 teus

    transportés par le MSC Oscar, le plus grand porte-conteneurs dans le monde

  • 396 m

    est la taille du navire MSC Oscar

  • 120 h

    est le record de vol non-stop fait par Solar Impulse

  • 4,5%

    de croissance en 2015 pour la demande mondiale de fret aérien

  • 20%

    Le Boeing 787 et l'Airbus A350 sont plus économes en carburant

  • 70%

    de la population mondiale urbanisée en 2050

  • 27

    mégapoles contre 19 attendues d'ici à 2050, avec au moins 10 millions de personn...

  • +18,4%

    croissance pour le E-commerce en Europe en 2015

  • 82%

    des marchandises sont transportées par route

  • 1 milliard

    Population en Afrique

  • 60%

    de la population de l'Afrique sera urbanisée d'ici 2050

  • 7,5%

    de croissance du PIB indien en 2014

  • 4,9%

    de croissance du PIB Africain en 2016

  • 6,1%

    la plus forte croissance au monde du PIB en Asie de l'Est

  • 19 224 teus

    transportés par le MSC Oscar, le plus grand porte-conteneurs dans le monde

  • 396 m

    est la taille du navire MSC Oscar

  • 120 h

    est le record de vol non-stop fait par Solar Impulse

  • 4,5%

    de croissance en 2015 pour la demande mondiale de fret aérien