Situations contrastées au 3ème trimestre dans le fret aérien et maritime

24 octobre 2017

Tandis que les transporteurs aériens renouaient avec la forte demande et les pleines capacités de début 2017, un affaiblissement ambiant hantait le fret maritime au 3ème trimestre.

Les compagnies aériennes et maritimes ont suivi des trajectoires opposées durant le troisième trimestre de l'année 2017, connaissant l'un comme l'autre de profonds changements par rapport aux tendances qui avaient marqué le premier semestre. Les organisateurs de transport tablent donc sur une consolidation des récents progrès chez les opérateurs de fret aérien entre fin 2017 et début 2018, tandis que de nouvelles préoccupations devraient voir le jour parmi les compagnies maritimes.

Pour les exportateurs ayant opté pour le transport aérien, le troisième trimestre a inversé la tendance du premier semestre, lequel avait vu l'offre disponible demeurer relativement élevée au regard d'une croissance modeste de la demande. Ces trois derniers mois, pourtant, le pic de demande a permis aux transporteurs de remplir les espaces disponibles, d'augmenter les tarifs et de profiter du report de la demande excédentaire sur le fret express.

« L'offre diminue, la demande augmente, les rendements sont en hausse et la plupart des opérateurs se portent bien », assure Claude Picciotto, directeur des achats aériens chez Bolloré Logistics à Paris. « Les volumes sont robustes sur la vaste majorité des marchés, à l'exception de l'Europe-Afrique, avec une activité si intense en Amérique du Sud que le délai d'attente est de deux semaines pour expédier des marchandises au Brésil. La seule alternative est de recourir au fret express, ce qui accroît encore la rentabilité des transporteurs. »

Un autre facteur majeur d'activité, selon M. Picciotto, a été l'explosion du e-commerce, en particulier entre l'Asie et l'Europe. Les consommateurs en ligne exigeant une livraison rapide, les vendeurs tels qu'Alibaba et Amazon n'envisagent pas de se tourner vers le transport maritime, plus lent, lorsque la capacité de transport aérien s'amenuise. Ils préfèrent opter pour le fret aérien express, plus rapide bien que plus onéreux.

L'essor de ce 3ème trimestre rappelle la forte croissance du début d'année, laquelle s'était rapidement essoufflée au printemps. La vigueur retrouvée au 3ème trimestre avait été précédée d'un boom de 11,8 % de mai à juillet par rapport à l'année précédente, selon les chiffres de l'International Air Transport Association (IATA). L'IATA ayant également noté que les 817 tonnes de nouvelles capacités créées jusqu'à présent en 2017 représentaient tout juste la moitié de l'offre créée l'année dernière, ces courbes contrastées étaient porteuses de bonnes nouvelles pour les transporteurs aériens sur le plan financier.

« Auparavant, seul le marché Europe-ASPAC était en plein essor. Cette tendance s'est désormais étendue aux autres marchés, exacerbant ainsi les tensions entre l'offre et la demande », affirme M. Picciotto. Il remarque par ailleurs que l'augmentation des tarifs ne s'est pas systématiquement traduite par une hausse des coûts pour les exportateurs.

« Certains spécialistes tels que Bolloré Logistics disposent des moyens budgétaires et prévisionnels suffisants pour assurer leurs capacités à long terme afin de faire face aux fluctuations de ce type », a-t-il déclaré. « Grâce à cette capacité d'anticipation, nous pouvons proposer un espace à prix abordable lorsque nos clients en ont besoin. »

Selon M. Picciotto, le rythme de croissance actuel du fret aérien devrait se poursuivre en décembre, soutenant la hausse de 10 % de volume enregistrée par Bolloré Logistics depuis début 2017.

Côté maritime, la tendance est tout autre. Le retour de la demande dans le contexte d'une offre artificiellement réduite a permis aux transporteurs d'augmenter considérablement leurs tarifs, leur apportant un certain soulagement après deux ans de crise ininterrompue. Ainsi, 13 des 16 principaux transporteurs ont réalisé un bénéfice au premier semestre, après des années de pertes.

Mais ce répit pourrait déjà être terminé.

D'après Anne-Sophie Fribourg, directrice des achats maritimes chez Bolloré Logistics à Paris, les tarifs élevés responsables de ces améliorations de résultats sont devenus insoutenables lorsque la demande du troisième trimestre a chuté de manière inattendue en septembre.

« Les prévisions indiquaient une croissance globale de 16 % sur l'année, mais avec la chute brutale des volumes enregistrée en septembre, les prix ont commencé à faiblir également », a déclaré Mme Fribourg. Elle notait par ailleurs que, premier signe de difficulté pour les transporteurs, la « semaine d'or » chinoise n'avait pas généré une demande aussi élevée que d'habitude. « Le mois de décembre devrait apporter un regain d'activité, mais on ne peut guère s'attendre au retour d'une demande soutenue d'ici là. »

Voilà qui ravive les inquiétudes selon lesquelles le relâchement de la demande et la baisse des tarifs risquent de générer de nouvelles pertes pour les transporteurs maritimes. Cela pourrait entraîner la reprise des nombreuses fusions et acquisitions des deux dernières années, lorsque, poussés par une situation financière délicate, les concurrents fusionnaient pour survivre à la conjonction d'une faible demande et d'une offre en hausse.

De fait, Mme Fribourg s'attend à la poursuite de cette consolidation, en particulier avec la réception de vingt navires géants de 22 000 EVP par les opérateurs CMA CGM et MSC d'ici 2019. Les prévisions indiquent une hausse de la capacité globale en conteneurs d'environ 5,5 % en 2018.

« Les transporteurs ont besoin d'une augmentation de 8 % de la demande en 2018 pour contrebalancer l'offre excédentaire, ce que le récent ralentissement risque de compliquer », a ajouté Mme Fribourg. « Nous observons d'ores et déjà une incertitude considérable sur le marché et des préoccupations parmi les transporteurs. Ils craignent qu'une poursuite de cette léthargie jusqu'en décembre ne les laisse dans une position encore plus délicate pour maintenir les tarifs à des niveaux viables en 2018. »

Chiffres clefs
  • 20%

    Le Boeing 787 et l'Airbus A350 sont plus économes en carburant

  • 70%

    de la population mondiale urbanisée en 2050

  • 27

    mégapoles contre 19 attendues d'ici à 2050, avec au moins 10 millions de personn...

  • +18,4%

    croissance pour le E-commerce en Europe en 2015

  • 82%

    des marchandises sont transportées par route

  • 1 milliard

    Population en Afrique

  • 60%

    de la population de l'Afrique sera urbanisée d'ici 2050

  • 7,5%

    de croissance du PIB indien en 2014

  • 4,9%

    de croissance du PIB Africain en 2016

  • 6,1%

    la plus forte croissance au monde du PIB en Asie de l'Est

  • 19 224 teus

    transportés par le MSC Oscar, le plus grand porte-conteneurs dans le monde

  • 396 m

    est la taille du navire MSC Oscar

  • 120 h

    est le record de vol non-stop fait par Solar Impulse

  • 4,5%

    de croissance en 2015 pour la demande mondiale de fret aérien

  • 20%

    Le Boeing 787 et l'Airbus A350 sont plus économes en carburant

  • 70%

    de la population mondiale urbanisée en 2050

  • 27

    mégapoles contre 19 attendues d'ici à 2050, avec au moins 10 millions de personn...

  • +18,4%

    croissance pour le E-commerce en Europe en 2015

  • 82%

    des marchandises sont transportées par route

  • 1 milliard

    Population en Afrique

  • 60%

    de la population de l'Afrique sera urbanisée d'ici 2050

  • 7,5%

    de croissance du PIB indien en 2014

  • 4,9%

    de croissance du PIB Africain en 2016

  • 6,1%

    la plus forte croissance au monde du PIB en Asie de l'Est

  • 19 224 teus

    transportés par le MSC Oscar, le plus grand porte-conteneurs dans le monde

  • 396 m

    est la taille du navire MSC Oscar

  • 120 h

    est le record de vol non-stop fait par Solar Impulse

  • 4,5%

    de croissance en 2015 pour la demande mondiale de fret aérien

  • 20%

    Le Boeing 787 et l'Airbus A350 sont plus économes en carburant

  • 70%

    de la population mondiale urbanisée en 2050

  • 27

    mégapoles contre 19 attendues d'ici à 2050, avec au moins 10 millions de personn...

  • +18,4%

    croissance pour le E-commerce en Europe en 2015

  • 82%

    des marchandises sont transportées par route

  • 1 milliard

    Population en Afrique

  • 60%

    de la population de l'Afrique sera urbanisée d'ici 2050

  • 7,5%

    de croissance du PIB indien en 2014

  • 4,9%

    de croissance du PIB Africain en 2016

  • 6,1%

    la plus forte croissance au monde du PIB en Asie de l'Est

  • 19 224 teus

    transportés par le MSC Oscar, le plus grand porte-conteneurs dans le monde

  • 396 m

    est la taille du navire MSC Oscar

  • 120 h

    est le record de vol non-stop fait par Solar Impulse

  • 4,5%

    de croissance en 2015 pour la demande mondiale de fret aérien

  • 20%

    Le Boeing 787 et l'Airbus A350 sont plus économes en carburant

  • 70%

    de la population mondiale urbanisée en 2050

  • 27

    mégapoles contre 19 attendues d'ici à 2050, avec au moins 10 millions de personn...

  • +18,4%

    croissance pour le E-commerce en Europe en 2015

  • 82%

    des marchandises sont transportées par route

  • 1 milliard

    Population en Afrique

  • 60%

    de la population de l'Afrique sera urbanisée d'ici 2050

  • 7,5%

    de croissance du PIB indien en 2014

  • 4,9%

    de croissance du PIB Africain en 2016

  • 6,1%

    la plus forte croissance au monde du PIB en Asie de l'Est

  • 19 224 teus

    transportés par le MSC Oscar, le plus grand porte-conteneurs dans le monde

  • 396 m

    est la taille du navire MSC Oscar

  • 120 h

    est le record de vol non-stop fait par Solar Impulse

  • 4,5%

    de croissance en 2015 pour la demande mondiale de fret aérien